MARS : un répertoire « vintage » à redécouvrir

A la fin des années 1950 et au début de la décennie suivante, un jésuite, le père Aimé Duval, a connu un immense succès populaire comme auteur-compositeur. Il chantait la vie quotidienne car, disait-il, il ne faut pas «chercher le Bon Dieu dans les nuages» : c’est là où nous sommes, c’est là où nous en sommes, que «Monsieur Jésus-Christ» (comme il l’appelait) vient nous rejoindre.

On regarde une de ses rares apparitions à la télévision où on le voit chanter l’une de ses chansons, « que tu es loin… », en s’accompagnant à la guitare :

Pour connaître un peu mieux le père Duval…

  • … j’aurais envie de faire un rapide tour de son répertoire.

Je peux écouter quelques-unes de ses chansons :
– un petit air à fredonner (« qu’est-ce que j’ai dans ma petite tête? »)
– un coup de gueule social (« il n’a pas eu, bonnes gens … »)
– un poignant colloque avec Jésus (« pourquoi viens-tu si tard ?»)
– une chanson qui reprend pas à pas l’évangile (« j’ai joué de la flûte »)
– une sorte de psaume sur le retour du Christ (« le Seigneur reviendra »)

  • … je voudrais bien en savoir un peu plus sur sa vie.

– Je peux trouver des informations sur internet, ici ou là.
– Je peux aussi lire un court extrait de son autobiographie » L’enfant qui jouait avec la lune«  dans laquelle il relit notamment le parcours qu’il a fait avec les Alcooliques Anonymes pour sortir de l’addiction dans laquelle il était tombé.